Il est 9h00 passé, je suis à Nikkô, au sein du beau et grand temple Tôshô-gû.
Déjà largement aveuglé par sa beauté solaire, je cherche les bons plans mais ne les trouve que peu. En vrac ...

IMG_8329IMG_8333IMG_8334

J'ai trop adoré ces plantes qui poussaient au sommet d'une lanterne de pierre. Magnifique.

IMG_8332IMG_8338

Bon tout ça c'est bien joli, j'en ai pris plein les mirettes mais j'ai un 'Yû' à prendre aujourd'hui moi parce que c'est le jour de mon anniversaire! Ce serait bête de rater ça, n'est-ce pas?!

Alors je laisse les goupes de groupies se regrouper en grosses grappes de gosses ...

IMG_8335

Et il est l'heure de bifurquer pour moi.

Je quitte ces lieux à 9h20.

A 9h36 je suis à vue du fameux pont rouge 'Shin-kyo'...

IMG_8341

Au VIIIème siècle le moine Shodo Shonin voulut traverser la rivière Daiya. Il fut entendu par le dieu Jinja Daio qui lui envoya deux serpents, un bleu et un rouge, pour se déployer et former un pont.
Aujourd'hui il est juste un beau pont laqué rouge.
Longtemps seuls les empereurs et shogun étaient autorisés à l'emprunter.
En 1904 un typhon emporta le beau pont rouge, qui fut reconstruit à l'identique comme il se doit au Japon. C'est celui que nous admirons en ce moment.

DSCN9432

 Les belles eaux limpides de printemps sont agréables à voir s'écouler.
Et devant le pont rêver ...

IMG_8347

Mais de rêver il ne faut point que je m'endorme car mes chers petits densha m'attendent!
Ils piaffent d'une déjà trop longue absence. Une seule heure sans moi et c'est la révolution. Jusqu'au rues de Hong-Kong on sent monter l'excitation, que va-t-il se passer bientôt? Le face à face va-t-il s'éterniser ainsi ...?
Mais je m'égare; la gare de Tôbu Nikkô m'attend.
Elle veut que je revienne vite mais je fais ce que je peux.
Je me désarticule les hanches et genoux dans une course folle contre le temps dans la longue, trop longue descente qui m'y mène.
A 9h43 je quitte le pont rouge dans l'espoir de prendre le train express de 9h58.
Vu de loin cela paraît impossible, il faut que je coure au soleil. 
Si si il y a un bon kilomètre d'un point à l'autre. C'est physique l'affaire. 
Je marche vite, très vite. J'y suis assez habitué à vrai dire car tous les matins du monde je pratique l'exercice en allant au travail en passant dans un grand parc. Cet effort quotidien me prépare à ce genre de course dingue, et à 9h56 j'entre en gare. Ouf!!! Fort essoufflé ma foi, en sueur comme je n'aime point, mais pour mes trains rien ne m'arrête.
A vrai dire je ne prends même pas le temps de faire une photo de la gare comme je le voulais à l'origine, je ne dis pas bonjour, je 'bippe' la Suica et je bondis.
La suite arrive.
Laissez-moi reprendre un peu d'air.
Celui des montagnes est salvateur, je serai très rapidement sur pied.