Aujourd’hui, direction l’Amérique, plus précisément le Canada. Mai 2009, petit trip sur la côte Est dont une bonne partie faite en train, de Québec aux chutes du Niagara. Via Rail, la compagnie chargée du transport des voyageurs, proposait un pass intéressant, bien qu’un peu plus contraignant qu’un JR pass. Je ne pouvais pas faire plus d’un A/R entre deux villes données (ce qui n’était pas gênant dans mon cas) et devais passer au guichet pour réserver chacun de mes trajets.

Le rail est marginal au Canada. Les services de cars, tout aussi confortables avec des fréquences bien meilleures, raflent la majeure partie des voyageurs. Sans oublier l’avion pour les grandes distances.

Mais moi, je voulais tester les bons gros diesels américains. J’ai été servi !

On commence par Québec et sa charmante gare. Malheureusement, pas d’accès libre aux quais (ce fût le cas dans les autres grandes gares). Remarquez, avec des voies couvertes et le faible trafic, je n’ai pas loupé grand chose.

SEP1201

A la gare de Montréal (située dans le hall d’un building), ce n’est pas mieux. Je dois donc aller dehors pour apercevoir des locomotives F40PH-2 sur le pont en sortie de gare.

SEP1202

Heureusement, il n’y a pas que les trains de grandes lignes. Direction la gare de Lucien l’Allier, juste à coté de mon hôtel. Cette gare est exploitée par l’Agence Métropolitaine de Transport (AMT) pour les lignes de banlieues de Montréal. Ici aussi, le diesel est roi.

SEP1203

SEP1204

D’abord une locomotive GP9RM (n°1312), puis une F59PHI (n°1325) avec une rame deux niveaux. Ces rames sont réversibles, mais du coté des voitures pilotes, c’est plus… enfin c’est moins travaillé !!

SEP1205__1_

Après une petite discussion sympathique avec le chef de gare (assez étonné qu’un français s’intéresse à ses trains !), direction le métro. Le réseau a été mis en place dans les années 60, avec du matériel pneumatique dérivé du MP 59 du métro parisien.

SEP1206

A l’intérieur, le confort est plutôt spartiate, avec des sièges en plastique.

SEP1207

Etape suivante, Ottawa, la capitale. Mais bon, niveau ferroviaire, c’est pauvre. Je retiendrai juste cette photo des quais au soleil couchant, avec deux locomotives P42DC.

SEP1208

Heureusement, Toronto se révèlera bien plus intéressante. Enfin une grande gare, vue ici depuis la CN Tower.

SEP1209

Le trafic de banlieue y est assez important, surtout aux heures de pointe.

SEP1210

SEP1211

Voici les deux types de train utilisés par le GO Transit : Les nouvelles MP40PH-3 (à gauche) qui remplacent les vieilles F59PH (à droite). Les voitures à deux niveaux au look de « pastille Vichy » ont été fabriquées par Bombardier.

SEP1212

Toronto est le terminus d’un train de prestige, le Canadien. 3 fois par semaine, il relie Toronto et Vancouver dans chaque sens. 4500 km parcouru en 4 jours ! Détail amusant : on peut commander à l’avance un arrêt non planifié du train, même en pleine voie.

Je n’avais qu’une possibilité de voir ce train dans de bonnes conditions : le matin de mon dernier jour à Toronto. Je l’attendais de pied ferme sur le pont d’où sont prises les photos précédentes. Juste avant, j’étais passé en gare, il était annoncé à l’heure. Mais à l’horaire prévu, rien. Le temps passe, toujours rien. Zut ! Le souci, c’est que j’avais moi-même un train à prendre, et le départ approchait. Tant pis, j’abandonne mon spot et je vais en gare. Loi de Murphy oblige, le temps que je fasse le trajet, le Canadien en profite pour arriver. Enfer ! Comme je vous l’avais dit, on ne peut accéder comme ça sur les quais. Mais là, cas de force majeur, je franchis deux panneaux « No trespassing » et un « authorized personal only » et me voilà au bout des quais. Les locomotives ont déjà été dételées, mais ce n’est pas plus mal, j’ai une belle vue sur la voiture panoramique. Je fais la photo, et je retourne vite fait en zone autorisée. Pas vu pas pris !

 

Comme Montréal, Toronto a 4 lignes de métro. Celui-ci a un look américain, avec des caisses en inox. La notion d’esthétisme a été un peu oubliée !

SEP1213

 

Cependant à l’intérieur, c’est plutôt sympa je trouve.

SEP1214

 

Mais le plus intéressant à mon sens à Toronto, c’est son tramway, le plus important  en Amérique du nord. La plupart du temps, il circule au milieu du trafic des grandes avenues, ce qui peut rendre l’embarquement et le débarquement assez périlleux.

 

Deux types de tramways : ceux à une voiture (Canadian Light Rail Vehicle), et ceux à deux (Articuled Light Rail Vehicles).

SEP1215

SEP1216

 

A noter que le réseau comporte plusieurs exemples de « Grand Union », un croisement permettant au tramway de prendre toutes les directions, quelque soit le sens de circulation (http://en.wikipedia.org/wiki/Grand_union).


De Toronto, j’en ai profité pour aller voir les chutes du Niagara, ce qui m’a permis de tester les trains américains d’Amtrak sur le Toronto-New York (mais en m’arrêtant juste avant la frontière !)

SEP1217

SEP1218

 

 

Pour ceux qui se demandent comment on monte dans les voitures, les employés installent un escabeau si le quai est trop bas, comme c’est le cas à la gare de Niagara Falls. Ah et pendant que j’y suis : les chutes du Niagara, c’est joli, mais tout le complexe touristique construit à coté, c’est à vomir…


Mon voyage touche à sa fin. Je retourne à Montréal pour y prendre l’avion.  Mais juste avant de partir, j’aurai eu la chance de croiser un train de marchandise de la Canadian Pacific (CP) en gare de Dorval.

 

SEP1219

On reste dans le continent américain pour le prochain épisode, mais bien plus au sud : direction le Pérou.

A bientôt,

Erebos