Suite de la découverte de Yunotsu, charmante petite cité perdue du Nihon Kai.

Après la création et les riches heures de la ville dues à la mine d'argent Iwami-Ginzan, nous voilà à la fin du XIXème siècle.
1872, un tremblement de terre, le jaillissement de deux sources volcaniques distinctes: Motoyu et Yakushiyu. 

Elles sont sorties de terre un peu à l'écart de la ville collée au port.
Au XXème siècle un nouveau centre va se constituer autour de ces deux sources -onsen, avec la création de sentô -bain public traditionnel créé autour et pour une seule source. Et autour de ces deux sentô, des ryokan vont pousser pour accueillir les curistes. Des commerces, un temple, des habitations.

Japon_2009_765 Japon_2009_763

Vous le savez dorénavant, dans les temples shinto du Nihon Kai et plus on se rapproche d'Izumo, des shimenawa (grosse corde de paille de riz tressé) pendent dans les temples. Pas d'exception à la règle à Yunotsu. Et je dirais même que celle-là est de bonne taille par rapport à la petitesse du temple.

Et la vue de dessous, appareil posé sur le sol, comme il se doit depuis les premières shimenawa vues.

Japon_2009_764

Au début du XXème siècle, Yunotsu-onsen va attirer les curistes de Shimane; et restera une station thermale régionale.

Mais un évènement va bouleverser la paisible cité.
C'est Hiroshima et Nagasaki!!
Comment donc?
Le largage des deux bombes atomiques sur ces deux villes, les milliers de morts et de blessés, brûlés.
C'est à partir de ce moment que Yunotsu-onsen rentre en scène nationalement car les sources Motoyu et Yakushiyu sont réputées pour leurs actions bienfaisantes contre les brûlures corporelles.
L'université du Kyûshû va même certifier leur efficacité sur les irradiations! La renommée ne se démentira plus et le succès commencera.
12 sources sont notées 5/5 dans tout le Japon pour leur qualité. Motoyu et Yakushiyu en font partie. 

Japon_2009_766

La grande rue de Yunotsu-onsen. Quelques touristes logeant dans les ryokan et les habitants.

En cette douce soirée d'été, on voit les vieux sortir de chez eux pour aller ...au sentô! Bien souvent dans des vill-onsen les gens n'ont pas de ofuro (salle de bains) chez eux. Ils vont chaque jour au sentô à côté.
Depuis quelques décennies, la mode du sentô à côté disparaît au profit de la salle de bains à la maison, forcément plus pratique. Dans les grandes villes d'énormes complexes de bains publics se sont créer et continue de se créer avec des dizaines de bains, des saunas, hammams, onsen même en creusant très profondément dans les entrailles de la terre pour trouver des sources.
Si vous n'avez jamais rencontré des 'vieux de la vieille' vous ne pouvez pas connaître le fait 'qu'à l'époque' le ofuro c'était le sentô du quartier. 
Dans les ofuro modernes en ville, il y a tout! On s'y baigne bien sûr, mais on peut s'y faire masser, regarder la télévision, surfer sur internet, y manger, etc... un vrai centre de loisirs.
Dans un sentô, il y a le bain et ...c'est tout!
On doit y apporter ses affaires de bain, savon et serviette.
Les habitués connaissent bien les règles.
Voyez la mamie sur l'image ci-dessus, elle y va. 

Alors nous y allons aussi!

Je choisi Yakushiyu.

J'ai prévu mes affaires.
Pas la peine de trop se savonner à fond (comme normalement il faut le faire!) car l'action de Yakushiyu est si forte qu'elle vous 'lave' en vous décapant toute crasse! Wow! Ça c'est bon, j'en ai toujours besoin après mes folles journées à courir partout.
Il suffit de se rincer avant de se baigner. 

En tant que gaijin on me regarde avec des yeux ronds, pas habitué à en voir dans ce coin si reculé du Japon! Je suis russe, j'habite à côté de Tchernobyl? Mon médecin m'a conseillé de faire le voyage jusqu'ici? Non, non, juste un Densha Otaku en goguette dans le Nihon Kai. Et les sentô j'adore ça, c'est pour le fun!

Dans certains sentô où je suis allé, il y ale guichet d'entrée qui sépare le côté femme des hommes. Si bien que la dame ou l'homme à l'entrée peut voir d'un côté comme de l'autre, discuter avec les habitués. Je me souviens de cela à Kotohira (Shikoku) ou à Kyôto.
Ici passé la noren (porte-rideau en tissu) avec le grand 'ゆ' -Yu dessus les hommes sont entre eux.
On se déshabille complètement.  Un vieux monsieur rentré peu avant le fait en deux temps trois mouvement comme à la maison! Normal c'est sûrement son ofuro perso, il doit y venir chaque jour, ça se sent tout de suite.
Pour l'avoir fait de nombreuses fois, je ne me gène pas du tout pour faire de même et nous voilà dans le sentô proprement dit où il y a le bain Yakushiyu. Un grand bac d'où l'eau coule et déborde en continue. Il y a une matière incroyable sur les bords et tout autour du bain ...

Video_J_09_104

J'ai déjà vu et essayé pas mal de onsen mais celui-là est impressionnant. Cette matière qui se forme tout autour du bain prouve la qualité volcanique de Yakushiyu qui n'usurpe pas son titre de source de grande qualité.
L'eau sort transparente mais devient marron au contact de l'air.
Il est aussi tout à fait possible de la boire, l'action est très efficace pour tout le corps! Fabuleux!

Il est temps de se glisser dedans.

Ouhaaa! Pu...in comme c'est chaud!
C'est n'est pas ma première expérience mais là j'avoue que je n'y rentre pas comme ça. 
Cela fait rigoler le vieux qui y est déjà jusqu'au cou!
Attend papy tu vas voir que le gaijin sait y faire. Alors je prend mon air de vieil habitué et j'y vais comme dans ma baignoire. Ça passe mais le homard vire vite au rouge!
C'est bon, c'est tellement bon quand même.

Le vieux me dit quelque chose.

' - Sumimasen?'
Il me parle mais je ne comprends pas tout! Je pense qu'il veut savoir qui je suis, d'où je viens?
' -Furansu-jin desu.
- ...? 
- Furansu-jin, euh...Furansu (France).
- Eeh wakanai!!
- ...? (wakanai, c'est quoi ça? la ville tout au nord d'Hokkaidô?! Non j'suis con qu'est-ce que ça viendrait foutre là!)
- ...!

Ah oui wakanai, comme wakaranai, ça signifie qu'il ne comprend pas!

'- Euh Furansu-jin desu! Paris, Bordeaux, wine, ...
- ..., wakanai!!'

Bon tant pis, j'abandonne.

Le vieux il n'a jamais bougé de son bled, et encore moins du Japon alors la France ça ne lui dit rien! Ce n'est pas un reproche, je comprends bien.
J'ai bien essayé de baragouiner encore quelques mots disant où je créchais ce soir-là, à Izumo, que j'aimais le Japon, les onsen, mais mon accent trop furansu-jin devais le perturber et je n'avais droit qu'à de puissants et résonnants 'wakanai' dans le sentô!
Il est sorti du bain en rigolant et en 'wakanaisant' à n'en plus finir. Il parlait tout seul en s'habillant, croyais-je mais non, des potes sont arrivés! tout aussi 'du bled' que lui! Il a commencé à leurs expliquer qu'un drôle d'animal tout rouge se trouvait dans le bain. 
Mais justement je n'en pouvais plus et même de rester au bord du bain assis sur la matière volcanique, je commençais à suffoquer. De toute façon les 42° de Yakushiyu ne permettent pas d'y rester longtemps, c'est déconseillé.

Video_J_09_106

Alors j'ai mis un terme à cette belle expérience en laissant les nouveaux arrivants à leurs interrogations sur mon compte.
Avant de me rhabiller j'ai décidé de prendre quelques images de ce fantastique onsen sous les yeux médusés des vieux auprès de qui je me sumimasenisais à force courbettes en prenant garde de ne pas les avoir sur les plans pour ne pas les froisser et dévoiler leur nudité.

Video_J_09_105

Des images pas très nettes, mais les conditions sont très difficiles! Chaleur, rapidité d'action, peu de lumière naturelle.

La sortie du onsen est un délice. 
Vous êtes bien détendu, il fait plus frais qu'à l'intérieur, un petit vent agréable, et la boisson rafraichissante comme toujours! Pour moi ce sera un lait au café dans la petite bouteille en verre à 100¥, parfait! 
Le tout sur la terrasse sur le toit.

 Japon_2009_768

Puis il sera temps de quitter Yunotsu-onsen, toujours avec la belle lumière de cette fin de journée ...

Japon_2009_769

Japon_2009_770

Cette lumière est tellement belle qu'elle magnifie n'importe quoi.
Cet alignement de maison dans la rue menant à la gare de Yunotsu par exemple.