銀河 なは/あかつきラストラン!!

En fait je dirais plutôt que d'être Densha Otaku c'est pas une vie! Surtout au Japon!
En France, les gens ne connaissent pas ce phénomène. Etre otaku- fan de ... de ce que vous voulez! de manga, de grenouille, de boîtes d'allumette ou de trains.
Au Japon, les otakus forment une caste. Une famille, vénérée dans un sens ou raillée par d'autres!
Un otaku peut faire des milliers de kilomètres pour sa passion, sa folie! J'en ai fait 3000 en 3 jours en août dernier!

Je vous parlais hier de la disparition de certains trains de nuit au Japon. Ces trains de nuit que les gens aiment bien prendre, et que les densha otaku aiment avoir à leur tableau de chasse! Rare et beau, avec des locos légendaires, avec des spécificités qui en font toute la saveur.
Pour beaucoup leur disparition est un véritable drame! Certains sont des institutions, que l'on a l'habitude de voir rouler chaque jour, et nuit, depuis des dizaines d'années!
Ils font l'objet de véritable culte, ils sont personnifiés! Oui, au Japon les trains sont comme des personnes! Ils ont tous un nom, ils sont aimés, et on leur parle!
Les densha otaku n'hésitent donc pas à faire des sacrifices énormes pour photographier ces trains-la! Des kilomètres, se lever tôt, très tôt, ...très très tôt! Si un train passe à 3h du matin dans une gare, l'otaku y sera pour en faire des images!

PK2008031502195531_size0

Et le summum est: le dernier voyage!
un impératif pour tout otaku qui se respecte et respecte sa caste!
il faut avoir vu le dernier voyage, le dernier départ du train qui tire sa révérence!
Et encore mieux faire le dernier voyage à bord, en gardant son ticket qui finira sous un carde exposé au milieu du salon!
Vous ne pouvez vous imaginer la folie du dernier départ?!!
Et bien voici une vidéo tournée par un bon densha otaku japonais pleurant avec ses confrères hystériques le dernier départ du train de nuit 'Ginga' en gare d'Osaka. Je suis un Densha Otaku, un français (c'est rare) mais là franchement je les laisse à leur folie, la grosse bousculade ce n'est pas pour moi!

Les quais sont bondés, noirs de monde, archi-remplis d'otaku en délire! 'Sayônaraaa!'   'Aligatôôô!' -Au revoir- Merci- crient-ils comme des damnés larmoyants pour la fin de leur chéri! Leurs complaintes s'élèvent dans la nuit de l'eki tout emplie de leurs cris de désespoir! Tout cela pour voir partir le dernier train de nuit! C'est déchirant, nos coeurs saignent, l'émotion monte en nous tous à la vue de ces images, de ces derniers instants d'amour! Certains touchent, carressent le train une dernière fois en pleurant!
Comme je les comprends! Je suis quand même un peu des leurs!

Une autre vidéo d'otaku en peine, mais surtout en plein travail pour la postérité, en gare de Tôkyô cette fois-ci. Toujours pour le 'Ginga', assurant des services de nuit depuis 1949! On comprend dès lors l'engouement populaire!
Ils sont encore plus nombreux, toujours en cris rauques saluant les premiers tours de roue. Les agents de la JR réquisitionnés pour l'occasion ont un mal fou à faire respecter les consignes de sécurité! la ligne jaune est largement mangée par la horde de fous furieux avide de derniers clichés collector!
La locomotive lance un ultime coup de sifflet strident qui fait chavirer cette foule numérique...

Et pour terminer votre éducation à l'otakisme du densha, et les hommages aux derniers trains de nuit de cette folle nuit du 14 mars dernier, voici celui que je vous présentais hier, le Naha/Akatsuki et son fameux wagon final 'Legato'! Il n'est plus lui non plus! Il fut durant 40 ans sur les voies entre Kyôto et Kumamoto (Naha) ou Nagasaki (Akatsuki).
Les admirateurs passionnés furent là aussi nombreux à crier leur amour pour ce train. Les flash crépitent dans la nuit, les applaudissements suivent le cheminement des voitures au fur et à mesure de leurs passages devant la foule...
Et il y a les derniers coups déchirant d'avertisseur de la EF 66...

Voilà, maintenant vous savez ce qu'est un 'Densha Otaku'!
En France, on n'est même pas au courant qu'un train arrête son service.
Au Japon, c'est un évènement national, les médias se déplacent pour le couvrir! Et les quais sont noirs de monde, une ferveur incroyable monte à l'approche du train et perdure longtemps!
Si vous avez ressenti cette émotion vibrante, vous les comprenez, et me comprenez également!
Merci, et à demain...